Lycée agricole de Neuvic (Corrèze)

 

La création du BTS PN « Protection de la nature » en 1970 

1970 : création de la première formation BTS PN Brevet de technicien supérieur agricole, option  protection de la nature,  au lycée agricole de Neuvic d’Ussel.

La première promotion intègre le lycée pour deux ans en septembre 1970.

Des deux premières promotions de la formation émergeront, dans le domaine éducatif, des personnalités fortes qui marqueront durablement le secteur de l’animation nature et de l’éducation à l’environnement. Dans une période où les Centres Permanents d’Initiation à la nature sont en création, ces pionniers initieront « Espace et Recherche », feront le lien avec la FNCS Fédération Nationale des Clubs Scientifiques, seront des piliers fondateurs du réseau École et Nature, des actions éducatives dans les Parc Naturels, dans des  C.I.N., Centres d’initiation à la nature, dans des C.P.I.E Centres permanent d’initiation à l’environnement… Ils contribueront à la conception d’outils pédagogiques (malles écologie, fiches et livrets scientifiques) et expérimenteront des démarches éducatives qui constitueront les bases méthodologiques pour de nombreux éducateurs. D’autres personnalités en émergeront par la suite. « Neuvic » est devenu un lieu mythique de la formation des éducateurs à l’environnement.

Sans restreindre aucunement l’apport de la formation du BTS de Neuvic à ses débouchés dans le secteur de l’animation, c’est cette influence spécifique que nous cherchons à identifier à travers les archives et les témoignages des participants.

Le contexte :

En Corrèze, le lycée agricole de Neuvic est en difficulté pour remplir ses formations. L’idée d’une section de « techniciens de la protection de la nature » est attribuée à M. Darpoux, inspecteur général d’agronomie de la région Auvergne-Limousin. Au niveau national, la création bénéficie de l’appui de J. Chirac, député de Corrèze, puis président du Conseil général, secrétaire d’État avant de devenir ministre de l’Agriculture en 1972. J. Chirac sera présent lors de la remise des premiers diplômes.

La formation s’inscrit dans le sillage de Jean Servat, ancien directeur de l’école forestière de Meymac en Corrèze, proche de E. Pisani et qui, avec d’autres hauts fonctionnaires, met sur pied une politique de protection de la nature. Conseiller technique de R. Poujade (1er ministre de l’Environnement) puis directeur de la protection de la nature, J. Servat prépare la loi de 1976  sur la protection de la nature, qui fera de la faune et de la flore sauvages un bien commun, sous la protection de chaque citoyen.

Dès l’organisation du secteur de formation agricole dans les années soixante, l’enseignement technique du ministère de l’agriculture a introduit les pratiques interdisciplinaires d’étude de milieu. A partir de 1970, l’enseignement d’écologie est introduit dans les programmes du baccalauréat en série D’ (sciences agronomiques et techniques) et du Brevet de technicien agricole.

Deux centres spécialisés sont chargés par le ministère de l’agriculture, d’instituer une culture fondée sur l’étude du milieu, le CEP Centre d’expérimentation pédagogique de Florac en Lozère, et le CEMPAMA Centre d’étude de milieu et de pédagogie appliquée du ministère de l’agriculture situé à Beg-Meil-Fouesnant dans le Finistère sud.  Les innovations pédagogiques seront soutenues et capitalisées par l’INRAP Institut national de recherche et d’application du ministère de l’agriculture.

Ces deux Centres participeront très activement à la formation en accueillant les étudiants pour des périodes de stage de découverte et d’analyse du milieu à travers des activités physiques de pleine nature. Ces activités engagées dans le milieu favorisent l’observation du réel, une approche sensible conjointe aux démarches de recherche active. Elles sont caractérisées par un emboitement d’échelles faisant apparaître la notion de territoire dans ses dimensions biophysiques, sociales et économiques.

Les BTS PN est innovant par sa pédagogie : alternance stage d’étude de milieu, apport de disciplines, écologie, géologie, sociologie… et une partie « information et communication » en vue de débats argumentés. La formation permet une approche globale des questions d’environnement. Ces démarches en marge voire en antagonisme avec les référentiels et la culture de formation agricole productive ont été très inspirantes pour le secteur de l’éducation à l’environnement (approche systémique, interdisciplinarité, pédagogie de projet).

LES DÉBUT DE LA FORMATION Le groupe en 1970-1972 est de 28 étudiants dont 5 femmes.  La seconde promotion 1971-1073 sera de 30 participants dont 4 femmes.

La formation débute en 1970, sans déroulé pédagogique encore tout à fait précisé et comporte une alternance entre des enseignements fondamentaux et des période de stage (6 à 7 semaines en 1ère année).  La dimension sensibilisation et animation nature n’apparait que progressivement comme une composante de la protection pour convaincre le public de mesures de protection.

Pour cette phase de démarrage plusieurs figures paraissent majeures dans la construction de la formation et sa légitimation :

– Germaine Ricou, entomologiste (1924-2018),

– François Lapoix, muséum national d’histoire naturelle,

– Maurice Charles, Inspecteur de l’Éducation Physique au Ministère de l’Agriculture.

– Claude Faurie, enseignant d’écologie  lors de la première année et Michel Delgoulet la deuxième année

– L’équipe de Florac : Georges et Monique Le bris, Hubert Curien, Claude Benois

La formation fonctionne par thèmes, l’eau, la pollution, l’animation, l’énergie, traités sur des séquences de quelques semaines encadrées par une équipe d’enseignants issus de plusieurs champs disciplinaires.

– l’examen se déroule début septembre n+2 et permet d’offrir deux étés pour se former, saison indispensable pour la pratique naturaliste.

En 1981 Le ministère de l’Agriculture produit avec le Lycée agricole de Neuvic et l’INRAP Institut national de Recherche et d’Applications Pédagogiques, un document qui précise l’organisation générale de la formation en trois « blocs » :

1/ l’étude des écosystèmes forestier, agricole, aquatique et énergie

2/l’étude de la diversité des institutions

3/ les études terrain sur deux thèmes : aménagement et animation en milieu rural, urbanisme et nuisances

Chaque thème est conduit sur plusieurs semaines non consécutives, des apports mono-disciplinaires sont parties-prenantes des thèmes. Français, langues, mathématiques psychosociologie et éducation physique et sportive hors thèmes sont dispensés chaque semaine.

14 à 18 semaines de stage (découverte du milieu, étude pluridisciplinaire thématique en groupe, spécialisation individuelle sur une étude biologique ou un problème contemporain) sont réparties sur les deux années (6 à 8 en 1ère année, 4 l’été, 4 à 6 en +2ème année. Le stage de spécialisation individuelle donne lieu à un rapport. Le volume horaire total est de 1800h.

Archives Henri Labbe
Le-Monde-18-mai-1971
Le Monde, 10 mai 1971

LES DÉBOUCHÉS VISÉS (Source  plaquette de présentation de la formation – non datée Fonds H. Labbe promo 1970-1971)

Conseillers techniques en aménagement : D.D.A., S.I.V.O.M., D.D.E., S.A.F.E.R., Syndicats de communes, Chambre d’agriculture, Sociétés d’aménagement, Parcs Régionaux

Animateurs et acteurs du développement rural et urbain : D.D.A., S.I.V.O.M., Chambre d’agriculture, Chambres professionnelles, Comité d’expansion régionale, villes nouvelles

Animateur nature : Parcs, C.P.I.E. Classes vertes, M.J.C., V.V.F., Sociétés de protection de la nature

Technicien de prévention et d’intervention en pollutions : Stations d’épuration, instituts de recherche appliquée, services techniques, administratifs

En 1982, le Courrier de la Nature n°77 relaie l’enquête menée par le lycée auprès des anciens élèves du BTS. « La fonction d’animateur semble faire exception à la dure loi de la crise. Cette profession en plein essor occupe 25% de techniciens supérieurs « Protection de la Nature ». C’est dans le secteur socio-éducatif et socio-culturel qu’ils sont les plus nombreux : animateurs de la vie associative, de la politique d’aménagement du temps libre, du cadre de vie etc. Leurs employeurs sont les associations, les Centres d’animation, les Centres permanents d’initiation à l’environnement, les services de l’enseignement pour l’encadrement des stages scolaires ». (Courrier de la Nature, 1982, p. 40)

ÉVOLUTION DE LA FORMATION : LES JALONS DE 1992 ET 2012

Cette formation restera « unique » jusqu’en 1992quand paraîtra un arrêté portant création du brevet de technicien supérieur agricole option « Gestion et protection de la nature » avec deux spécialités « Gestion » et « Animation ».

Question écrite n° 18089 de M. Roger Rigaudière (Cantal – RPR) publiée dans le JO Sénat du 31/10/1991 – page 2384

M. Roger Rigaudière interroge M. le ministre de l’agriculture et de la forêt au sujet du projet de créations de plusieurs B.T.S. ” Protection de la nature “. L’unique B.T.S. de ce type en France (Neuvic d’Ussel) ne peut actuellement accueillir tous les candidats désireux de suivre une telle formation. Est-il exact, monsieur le ministre, que dès la rentrée 1992 trois ou quatre autres lycées agricoles bénéficieront de cet enseignement ? Si oui, quels sont ces lycées ?

Réponse du ministère : Agriculture

publiée dans le JO Sénat du 27/02/1992 – page 485

Réponse. – Le brevet de technicien supérieur agricole ” Protection de la nature “, formation ouverte à titre expérimental il y a vingt ans au lycée d’enseignement général et technologique agricole de Neuvic (Corrèze), est actuellement en cours de rénovation. Le nouveau brevet de technicien supérieur agricole dénommé ” Gestion et protection de la nature ” comportera deux spécialités : gestion des espaces naturels et animation – nature qui seront ouvertes au L.E.G.T.A., de Neuvic qui a acquis une compétence sur ce créneau et participé activement à la rédaction des référentiels professionnels et contenus de formation de ce nouveau diplôme. Il est proposé de ne retenir de nouvelles ouvertures qu’à compter de 1993. En effet, il paraît difficile pour des équipes pédagogiques non expérimentées dans le domaine de la gestion et de la protection de la nature de mettre en place une telle formation dans la précipitation entre juillet 1992, date de parution des nouveaux contenus de formation, et septembre 1992, date de la prochaine rentrée scolaire. La décision finale ne sera cependant arrêtée qu’après avis des instances consultatives réglementaires dans le cadre de la procédure normale de l’évolution des structures pédagogiques des établissements d’enseignement agricole.

Arrêté du 15 octobre 1992 portant création et fixant les conditions de délivrance du brevet de technicien supérieur agricole, option Gestion et protection de la nature

Art. 1er. – Il est créé un brevet de technicien supérieur agricole, option Gestion et protection de la nature. Le diplôme porte mention de l’une des spécialités professionnelles suivantes : Animation-nature ; Gestion des espaces naturels. Les deux options sont scindées.

La réforme organise le contrôle continu avec des épreuves dans d’autres établissements.

2012 : réforme du BTS GPN remettant en cause la distinction faite entre les fonctions de gestion des espaces naturels et la fonction d’animation. En 2011, 21 centres de formation agricole délivrent ce diplôme. La disparition de l’option animation nature sera l’objet de protestation et de pétitions.

Au total, 50 BTS GPN publics et privés vont se monter parfois parce que des lycées agricoles avaient des problèmes de recrutement dans certaines filières. Certaines ouvertures sont faites pour sauver l’établissement sans antériorité dans la gestion-protection de la nature, l’animation ou l’éducation à l’environnement.