Axe 3 : Quelles pédagogies pour l’animation nature ? Quels rapports avec l’école ?

L’animation nature est née aux confins de l’univers scolaire ou en lien avec des composantes particulières de celui-ci comme l’enseignement agricole ou l’éducation physique et sportive. Une partie de ses militants s’inscrit dans une « humeur » antiscolaire qui est fréquente dans les milieux de l’animation des années 1970. Mais dans le même temps, l’éducation à l’environnement est perçue par certains enseignants comme un terrain d’innovation pédagogique parce qu’elle s’inscrit dans une logique d’ouverture de l’école que promeuvent le tiers-temps pédagogique, les PAE (Projets d’action éducative), les études de milieu, et parce qu’elle suppose des formes d’interdisciplinarité et peut reposer sur une pédagogie de projet. L’étude des projets pédagogiques menés en lien avec l’école, mais aussi d’autres structures comme des équipements socioculturels, est susceptible d’apporter beaucoup sur les pratiques pédagogiques concrètes et leurs transformations au cours des années 1970-1980. L’investissement des enseignants à titre professionnel ou à titre militant dans l’éducation à l’environnement semble relativement important dans les années 1970 et 1980, avant visiblement de décliner, alors que s’affirme lentement la figure de l’animateur spécialisé. Quelles sont les étapes de cet investissement-désinvestissement des enseignants ? Quelles sont les tentatives, les étapes, les réussites et les déboires dans la construction d’une reconnaissance d’un secteur spécifique à l’éducation à l’environnement comme une expérience enrichissante mais temporaire ou comme nouveau métier porté par un groupe professionnel organisé (compétences, statuts, formation) ?

Quelles logiques statutaires et disciplinaires ont favorisé ou au contraire freiné les liens de l’école avec l’animation environnement ? Quel a été le poids des sciences naturelles, de la géographie dans les approches proposées ? Quel a été le rôle de ces enseignants passeurs mais également celui des inspecteurs, directeurs formateurs d’école normale, dans la dynamique de l’animation à l’environnement ? L’enseignement agricole mérite un traitement spécifique. En effet, l’ouverture de ses établissements sur leur milieu, tant naturel que socioprofessionnel, l’existence de centres d’expérimentations pédagogiques, l’introduction de l’écologie dans les programmes puis de la pluridisciplinarité ont permis de manière précoce la prise en compte de l’animation nature. Quelles relations spécifiques avec le milieu associatif en a-t-il résulté ? Des pratiques pédagogiques lui sont-elles propres ou au contraire ont-elles été diffusées ? Quels ont été les lieux de l’innovation et du transfert pédagogiques ?

Du côté des acteurs de l’éducation populaire, quelle place fait-on à l’environnement dans les années 1970-1990 ? Les sondages opérés dans les archives laissent deviner un moindre investissement qu’au cours des décennies précédentes si l’on s’en tient aux instances nationales. Qu’en est-il des initiatives locales ? Quelles relations les associations généralistes d’éducation populaire entretiennent-elles avec ces nouveaux venus que sont les acteurs de l’animation-nature ? Quels liens l’animation nature a-t-elle entretenus avec les réseaux de l’animation scientifique et technique, qui avaient émergé plus tôt qu’elle dans les années 1960 et qui sont porteurs d’autres rapports à la science ?

Comment s’élaborent des pédagogies non scolaires de l’environnement ? Entre les associations d’éducation populaire « traditionnelles » et les associations spécialisées ? Qu’en est-il des références à l’Éducation nouvelle, tant dans les discours que dans les pratiques ? Le milieu de l’animation à l’environnement a-t-il été un espace d’investissement pour des militants venus des mouvements pédagogiques du monde scolaire ?