Axe 2 : L’éducation à l’environnement, entre politique et politiques publiques

La période 1970-1990 est encadrée par deux balises institutionnelles : la création du ministère de la Protection de la Nature et de l’Environnement en 1971, qui inaugure la progressive diffusion du concept d’environnement, tandis que le début de la décennie 1990 connaît une phase de consolidation institutionnelle en poursuivant la décentralisation et la déconcentration avec la création des DIREN (Directions régionales de l’Environnement), de l’ADEME (alors Agence de l’Environnement et de la maîtrise de l’énergie), de l’IFEN (Institut français de l’Environnement) et, au niveau international, le sommet de la Terre de Rio où s’élabore le référentiel des Agendas 21 qui indique un changement de paradigme avec l’orientation vers le développement durable.

D’autres concepts ont côtoyé celui d’environnement, se sont épanouis ou ont muté : patrimoine, paysage, cadre de vie, qualité de la vie. Au-delà des effets d’annonce et des circulaires ministérielles et interministérielles qui ont jalonné les décennies 1970-1990, quel a été l’appui des politiques publiques à l’intégration/l’institutionnalisation de l’éducation à l’environnement ? Les premières étapes de nos travaux montrent plutôt, au cours de cette période, une faible efficacité des mesures, avec un décalage important entre les intentions affichées et les pratiques, même si les pouvoirs publics manifestent un soutien aux associations, particulièrement aux acteurs de la protection de la nature pour sensibiliser, conscientiser la population et relayer les politiques publiques.

Quelles ont été les relations des associations d’éducation à l’environnement avec le pouvoir politique ? Quelle fut leur portée critique, contestataire ? Comment chaque réseau a-t-il construit son identité et sa stratégie en se marquant/démarquant des autres ? En complément de leurs actions éducatives, quelles ont été leurs actions ? Quelles conceptions eurent-ils de leur rôle (aménagement du territoire, développement local, protection de la nature, gestion des milieux protégés…) ? Leurs initiatives ont-elles été restreintes à certaines tranches d’âge, à des questions et thématiques peu polémiques, pour asseoir leur légitimité et assurer leur survie économique ? Les archives du ministère de l’Environnement, celles également des réseaux – lorsqu’elles sont accessibles – méritent d’être relues à la lumière de ces interrogations.

Comment les idées contestataires des années soixante-huit, les communautés alternatives, les luttes de l’écologie politique naissante se manifestent-elles dans les associations d’éducation à l’environnement ? Quelles sont les protestations et les propositions de ces associations ? Quels mondes les jeunes voulaient-ils pour demain ? À quoi rêvaient-ils ? Quelles étaient leurs utopies écologistes ? La non-prise en compte du nucléaire dans la plupart des actions d’éducation à l’environnement, en plein moment de l’essor du programme électronucléaire, révèle l’écart qui pouvait exister entre les mouvements écologistes et les mouvements éducatifs mais renvoie également à des conceptions qui distinguent dans les mouvements d’éducation populaire « science-technologie » et « environnement », parfois focalisés sur une perception purement naturaliste jusqu’aux années 1980. Sont donc attendues des communications qui inscriront l’éducation à la nature et à l’environnement dans l’évolution des politiques publiques nationales, régionales ou locales et dans l’histoire des idées et des mouvements sociaux. Les contributions pourront repérer les sensibilités, clarifier les positionnements différenciés entre l’environnementalisme naturaliste, contestataire, urbain et leur généalogie (réseau des CPIE, Réseau École et nature, associations de protection de la nature, Parcs Nationaux, Parcs naturels Régionaux, etc.)