Axe 1 : Enfance, jeunesse, découverte et protection de la nature et de l’environnement

L’enfance a été une cible précoce des actions de sensibilisation à la nature. L’idée d’innocence et de curiosité souvent associée à l’enfance a-t-elle contribué à façonner des imaginaires de la nature, des stratégies plus ou moins conscientes de sensibilisation à la cause environnementale par l’intermédiaire des enfants, cibles privilégiées pour toucher indirectement le reste de la société ou plus simplement investis d’une mission de protection ? Le triptyque « Connaître/Aimer/Protéger » postule que l’envie de protéger naît de l’intérêt que l’on porte à ce que l’on connaît, à ce qui nous émerveille, nous émeut. On sait par ailleurs que les socialisations précoces dans/pour la nature sont porteuses d’expériences affectives, de sensibilités primordiales et de nombreux apprentissages. En revisitant les devises, les hypothèses pédagogiques, les discours sur la relation enfant/nature et ses effets, que comprend-on de l’évolution des conceptions du lien, du rapport, du contact à la nature ? L’enfant est-il un naturaliste en herbe ? Les filles et les garçons sont-ils égaux devant la nature ? L’enfant devient-il plus respectueux de la nature et de l’environnement ?

L’essor d’une presse, de collections de littérature enfantines et d’émissions de télévision spécialisées a favorisé la diffusion de visions de la nature – en particulier des animaux –, et d’imaginaires qu’il serait intéressant d’étudier. Des communications abordant ces thèmes, en particulier sous l’aspect des conceptions de la nature véhiculées sont attendues.

À la fin des années 1960, plusieurs centaines de « clubs nature » naissent dans les collèges, lycées, maisons des jeunes et de la culture, foyers de jeunes, agrégeant des jeunes qui vont vivre leur premier intérêt et engagement pour la nature et/ou l’environnement. Ils ont un rôle actif dans plusieurs mouvements de jeunesse, tels que les Jeunes Amis des animaux (créé en 1955), Jeune et Nature (en 1967), les clubs Connaître et protéger la nature (en 1972). Certains groupes s’arriment à la protestation morale contre la souffrance animale ou se mobilisent au sein des associations de protection de la nature dans leur branche « jeunes », tandis que d’autres veulent découvrir la nature dans leur territoire ou promouvoir un changement écologique de la société. Ces différences d’origines, d’orientation et d’appartenance s’accompagnent également d’une grande diversité géographique et sociologique des groupes : étudiants urbains, ruraux confrontés à l’exode et à la « fin des paysans », citadins aux racines rurales encore proches… Ces dimensions peuvent s’aborder dans le cadre de monographies de mouvements ou dans une perspective régionale.

Les mouvements éducatifs extra-scolaires ont une longue tradition d’intérêt pour la nature : que l’on songe au scoutisme ou aux colonies de vacances influencées par l’éducation nouvelle ou encore aux auberges de jeunesse, la « nature éducatrice » y occupe une place de choix. Comment s’emparent-ils des préoccupations écologiques des années 1970-1980 ? Comment adaptent-ils leurs modèles pédagogiques ? Plus largement, les activités de plein air, de sports de pleine nature, de camping construisent des expériences et des imaginaires de la nature, participent également des découvertes des milieux. Elles connaissent un développement important dans les années 1970, en particulier parmi un public de jeunes. Leur développement mériterait d’être relu au prisme des préoccupations éducatives et des problématiques écologiques qui les traversent

La question de l’enfance et de l’adolescence peut être abordée à travers l’étude des réseaux spécialisés qui visent à favoriser la découverte de la nature par les enfants, à travers des institutions qui se multiplient au cours des décennies 1970-1980 : classes transplantées (classes de mer, de neige, etc.), mais également terrains d’aventure dans l’environnement urbain et, pour les plus âgés, les chantiers de jeunes dont l’orientation « environnementale » se développe dans les années 1980, sous l’effet des politiques publiques.